LES SHERPAS

LES SHERPAS

Les Sherpas Région du Kumbu

Nous avons tous un jour entendu parler des Sherpas, ces sur-hommes des montagnes de l’Himalaya, mais qui sont-ils réellement, d’où viennent t’ils?

Le Peuple Sherpa:

Venus du Tibet voici 500 ans, ce Peuple est venu s’établir au Népal et notamment dans la partie Nord, la région du Khumbu, celle qui habrite Sagarmatha re autres.

Le terme de Sherpa, emprunté des Occidentaux, est en réalité le mot « Bothia » en Népali, et désigne tous ceux que comptent Porteurs et Guides rendant possible les expéditions.

La vie des Bothias:

Les conditions dans la vallée du Kumbu sont rudes.

Les enfants vont à l’école (Payante au Népal), et pour ceux et celles dont les parents ne peuvent la payer, l’avenir ne peut se tourner que vers ces métiers difficiles et régis par le Tourisme.

Voici l’histoire racontée par l’un de ces enfant qui dû arrêter d’étudier à l’âge de 12 ans après la perte de son Papa malade qui subvenait aux besoins de sa Famille.

Reportage National Géographique

J’ai croisé plusieurs catégories de Porteurs, à pieds transportant des charges variables allant de 30 à 90 kgs sur le dos, d’autres avec des troupeaux de mules, de Yaks…marchant des jours pour approvisionner les villages, le Camp de Base de l’Everest et les expéditions.

Des femmes dans les villages un marteau à la main accroupies à concasser des cailloux, qui serviront d’ingrédient pour le béton, que leurs maris achemineront de la même façon.

Le tourisme dans l’Himalaya:

La saison touristique s’étale suivant deux périodes:

D’octobre à décembre pour les grandes expéditions,est la saison sèche et les températures acceptables bien que décembre commence à être froid.

De mars à juin, encore la saison sèche mais les températures peuvent être extrêmes en altitude, les cols enneigés ne permettant pas d’ascensions notamment.

Pour ma part, février fût excellent: peu de touristes, froid supportable pour quelqu’un qui aime çà, et pas de volonté de tenter quoi que soit d’extrême.

Le touriste est assez diversifié, personnes seules, accompagnées de guides, en groupe, s’offrant les services de porteurs pour s’éviter le poids du sac, il y a de tout, jusqu’aux métro-sexuels venus relever un défi sous forme de bronzette et défilé de mode, sourire assuré!

Les Sherpas et les Népalis actuellement:

Au Népal lorsque le Coronavirus sévissait en Chine, la frontière étant très proche, la fréquentation touristique était déjà en nette baisse (Coréen et Chinois).

je suis en contact régulier avec les Népalais à l’heure où j’écris cet article.

A mon départ début mars, la crise sanitaire s’est rapidement répandue sur la planète.

Le Népal a fermé ses frontières, les demandes de visas interrompues à l’Ambassade de Katmandou, le confinement a sonné comme un glas sur ce petit pays, tout s’est arrêté, les permis d’ascensions et d’accès aux montagnes reportés! 2020 devait être l’année du tourisme au Népal.

A Katmandou, tout s’est arrêté et les gens ont rejoints les campagnes natales sous forme d’exode, mais cette fois à sens inverse, parfois prenant les routes à pieds et la nuit pour éviter les contrôles Policiers qui peuvent se montrer violents avec la population.

Ces pauvres gens vivant pour l’essentiel du tourisme en l’absence de ressources naturelles sur le territoire et sans aides d’un état, qui comme bien d’autres sont corrompus…Je laisse imaginer la situation!

L’hotel extra-ordinaire dans lequel je résidais est fermé.

Le salon de massage que je fréquentais et où j’avais sympathisé avec le personnel est fermé lui aussi, tout le monde ayant dû fuir la ville.

Pour conclure:

J’ai hâte de retourner au Népal, sur ces chemins, croiser ces peuples extra-ordinaires, terminer ce trek que je n’ai pu terminer et revoir mes nouveaux amis en bonne forme avec du travail.

Je leur adresse toute ma compassion, à bientôt j’espère.

 

Un Yak!!
Chemin des écoliers
Charge des Porteurs
Porteur sur pont Népalais
Petit porteur..
Direction l’ EBC

One thought on “LES SHERPAS

  1. Este articulo me encantó por el sentimiento que le imprimes a tu escritura pero también como te cuestionas como turista las condiciones de desigualdad en la que viven.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *